Martine Aubry veut revaloriser les bas salaires en "taxant le capital"

Martine Aubry veut revaloriser les bas salaires en « taxant le capital »


Depuis le début de la crise sanitaire, certaines professions, telles que les infirmiers ou les caissiers, sont en première ligne. Certaines primes ont d’ores et déjà été annoncées, mais le gouvernement envisage également la tenue d’une conférence sur les bas salaires à la rentrée.

« Je voudrais que ça soit au-delà d’une conférence, a lancé Martine Aubry, maire de Lille, sur RTL. Tous ceux qui ont fait marcher la société – pendant la crise -, les infirmières, les caissières, les éboueurs, sont en bas de l’échelle aujourd’hui. Il ne faut pas seulement dire ‘on ne vous oubliera pas et bravo’. Il faut, par la distribution primaire des revenus et aussi la fiscalité, changer les choses ». Elle souhaite ainsi revaloriser les bas salaires en « taxant le capital ».

« Je ne suis pas pour une nouvelle tranche d’impôts sur le revenu, mais en revanche aujourd’hui, avec la flat tax qui limite à 30% l’impôt sur les revenus d’actions et d’obligations et la suppression de l’ISF, on a un impôt sur le capital qui est bas. C’est là où il faut bouger.« 

La maire de Lille a également tenu à remercier Olivier Véran, le ministre des Solidarité et de la Santé, d’avoir rectifié le tir en accordant aux personnels des établissements hospitaliers de tous les départements de la région Hauts de France une prime de 1.500 euros, et non de 500 euros comme c’était initialement annoncé. « Il était tout à fait juste que l’ensemble des soignants soient classés en secteur 1 et touchent 1.500 euros« , a-t-elle déclaré.

La rédaction vous recommande


Lire la suite



Source link