CIGA

Des services de santé bonifiés pour nos aînés


Inauguration des nouvelles installations à Repentigny

CIGA

©Renée-Claude Doucet – Hebdo Rive Nord

La coupure du ruban officielle de la Clinique d’investigation gériatrique ambulatoire.

La Clinique d’investigation gériatrique ambulatoire (CIGA) ouvrait officiellement ses portes le 11 février dernier, en présence de représentants du domaine de la santé et de partenaires. Situés au Centre multiservices de santé et de services sociaux Claude-David, à Repentigny, les locaux accueillent une équipe de soins dédiée aux aînés vulnérables du secteur. 

Auparavant située à l’Hôpital Pierre-Le Gardeur, la clinique bénéficie maintenant de plus grands locaux, mieux adaptés à la clientèle. Les installations comprennent une salle d’attente adaptée, une salle d’évaluation en ergothérapie, une salle de physiothérapie, un local d’examen en soins infirmiers, une salle de réunion et plusieurs bureaux de consultation médicale.

 

Sur place, on y retrouve donc plusieurs professionnels; ergothérapeute, physiothérapeute, nutritionniste, neuropsychologue… Étant regroupés à proximité les uns des autres, la communication et le suivi des patients se voient désormais facilités.

 

L’équipe médicale qui encadre les patients est également en constante croissance depuis 2015. Quatre gériatres ont rejoint le groupe de cinq omnipraticiens dédiant leur pratique aux soins des personnes âgées. Ceci permet donc une augmentation de l’offre de services.

 

Pour Annick Dupras, gériatre et chef du Service de gériatrie au secteur Sud du CISS de Lanaudière, ces nouvelles infrastructures font une véritable différence au niveau des soins offerts à la clientèle. « Nos locaux sont comme notre salle d’opération. Nous avons besoin d’un local où l’ergothérapeute peut mettre le patient en activité, par exemple, pour être capable d’identifier les incapacités et trouver des solutions. »

 

Optimiser l’autonomie

 

Plus précisément, la CIGA reçoit des personnes âgées vulnérables, sur référence médicale, dont l’état requiert un suivi essentiel pour maintenir leur bien-être, soutenir leurs proches aidants et favoriser leur maintien à domicile.

 

L’équipe de la CIGA évalue les causes de différentes problématiques fréquentes de santé physique ou cognitive chez les personnes âgées et met en place un plan d’intervention dans le but d’optimiser leur autonomie fonctionnelle et leur qualité de vie. On se penche sur la perte d’autonomie, les troubles cognitifs, les aptitudes à gérer ses biens et sa personne, les chutes, la gestion des médicaments… L’équipe peut également être appelée à préparer les personnes âgées devant subir une intervention ou des traitements spécialisés.

 

Soulignons que les travaux d’aménagement de la clinique représentent un investissement de 2,7 M$, dont un montant de 800 000$ provient des dons recueillis par la Fondation santé Sud de Lanaudière. Par ailleurs, cette dernière soulignait récemment la fin de sa Grande Campagne de financement, qui a permis d’amasser un montant de 9 150 000 $ pour la réalisation de projets d’envergure pour la santé des résidents du sud de Lanaudière.

©Renée-Claude Doucet – Hebdo Rive Nord

La salle d’attente offre un espace plus spacieux.

©Renée-Claude Doucet – Hebdo Rive Nord

Ronald Nicol, président de la Fondation santé Sud de Lanaudière.

©Renée-Claude Doucet – Hebdo Rive Nord

Le pdg du CISSS de Lanaudière, Daniel Castonguay.

©Renée-Claude Doucet – Hebdo Rive Nord

Élus et partenaires lors de la visite des lieux.

©Renée-Claude Doucet – Hebdo Rive Nord

Plusieurs spécialistes, dont des physiothérapeutes se retrouvent sur place.

©Renée-Claude Doucet – Hebdo Rive Nord

Une salle spéciale dédiée aux infirmières permet de recevoir les patients.

©Renée-Claude Doucet – Hebdo Rive Nord

Des installations ont été prévues afin de valider les capacités des aînés.

©Renée-Claude Doucet – Hebdo Rive Nord

Des installations ont été prévues afin de valider les capacités des aînés.

La gériatrie, une spécialité méconnue

 

Annick Dupras, chef du service de gériatrie au secteur Sud du CISS de Lanaudière l’indique, la gériatrie demeure une spécialité méconnue. « Quand on regarde le pourcentage alloué à la formation des soins pour les personnes âgées, et ce, pour l’ensemble des professions dans le domaine de la santé, ça ne représente même pas 10%, alors que la clientèle dans nos bureaux représente 60%. Il y a donc une problématique à ce niveau. La spécialité gagne à se faire connaître. Dans une société vieillissante, la gériatrie est aussi importante que la pédiatrie. Il s’agit d’une approche spécialisée qui est indispensable pour faire les bons diagnostics et les bons traitements, de même que pour optimiser l’autonomie et maintenir la qualité de vie de nos aînés. Il faut réussir à vivre longtemps et après, que la pente descende vite. Pour ça, il faut bonifier notre approche. »

CIGA

©Renée-Claude Doucet – Hebdo Rive Nord

Annick Dupras, chef du service de gériatrie au secteur Sud du CISS de Lanaudière



Source link