Alençon. Pendant deux heures, ces étudiants ont nettoyé la ville

Alençon. Pendant deux heures, ces étudiants ont nettoyé la ville


Le bureau des étudiants de l’Institut de formation régional en santé (Ifres) est à l’origine de l’initiative. Le constat est sans appel : la nature reste encore et toujours un dépotoir pour de nombreuses personnes.

À la fin des deux heures de marche, le constat est sans appel : les gens jettent encore beaucoup de déchets dans la nature. | OUEST-FRANCE


  • À la fin des deux heures de marche, le constat est sans appel : les gens jettent encore beaucoup de déchets dans la nature.
    À la fin des deux heures de marche, le constat est sans appel : les gens jettent encore beaucoup de déchets dans la nature. | OUEST-FRANCE

Ils ont le sourire sur la photo mais ce qu’ils ont constaté, dimanche 15 décembre, les a plutôt affolés. Pendant deux heures, une dizaine d’étudiants de l’Ifres (qui forme aux métiers d’ergothérapeute, podologue, psychomotricien et kinésithérapeute) ont arpenté les rues de la ville aux abords du parc des Promenades pour une « clean walk ». Comprenez par là, une balade que l’on fait armé de gants et de sacs-poubelles pour ramasser les déchets que l’on trouve sur son chemin.

Deux heures plus tard, le constat est sans appel : les gens prennent encore la nature pour un dépotoir. « On a trouvé énormément de bouteilles vides, de canettes, de paquets de gâteaux et de bonbons, des barquettes de kebab, un rasoir et les mégots de clopes, n’en parlons même pas », résument les participants à la marche.

C’est le bureau des étudiants qui avait lancé l’initiative « pour sensibiliser les étudiants à l’éco-responsabilité. C’est notre avenir, cette planète », résume Romane, vice-présidente de la Tadei (la Table amicale des étudiants ifressiens). Une autre « clean walk » aura certainement lieu en février, dans le cadre du Mois du développement durable organisé par la fédération des campus de Basse-Normandie.

Partager cet article

Alençon. Pendant deux heures, ces étudiants ont nettoyé la villeOuest-France.fr



Source link